Arrivée prévue avant 10h après une nuit sauvage

  1. Accueil
  2. Étapes
  3. Brest
  4. Arrivée prévue avant 10h après une nuit sauvage

Ils ont cravaché depuis le passage de la première marque de parcours Occidentale de Sein doublée hier en fin d’après-midi. Joint par téléphone, l’équipage de Leyton, en tête de flotte, expliquait qu’il avait atteint des pointes à 35 nœuds pour rejoindre l’île d’Ouessant… Mer cabossée et grains toniques ont rythmé la pointe Bretagne avant un run ultra rapide pour rejoindre les Birvideaux. Au passage de Penmarc’h à 6h ce matin, les équipages sont fourbus mais heureux !

Aymeric Chappellier (Leyton)

« A Penmarc’h, c’est Pierre (Penec) qui barre ! Morgan (Lagravière) se repose en ce moment, on a essayé de faire des micro-siestes chacun notre tour pour rester à peu près frais. A Ouessant, nous avons eu de la grosse mer, voire de la mer bien déglinguée à cause du contre-courant. Nous avons été obligés de ralentir car c’était un peu casse-bateau. Les grains ont donné des variations de vent de près de 30°, il fallait être dessus, aux réglages en permanence. En tout cas, ça a été très rapide tout le temps. Nous avons fait des pointes à 35 nœuds, avec des vitesses moyennes de 27-28 nœuds. C’était humide ! Les points clés étaient conduite et réglages non-stop pour rester rapides tout le temps. Nous prévoyons d’être sur la ligne d’arrivée vers 9h45. »

Eric Péron (Komilfo)

« Le vent est remonté, on vient de passer Penmarc’h. On a passé une bonne nuit. On est juste devant Koesio, on se bagarre pour rester devant lui. Ici l’ambiance est bonne. C’était assez mouvementé cette nuit avec une petite houle mais 20 nœuds de vent constants. C’était un peu tonique ! Ça se passe bien à bord, on est content. Le début de course était sympa, le milieu un peu moins parce qu’on s’est fait rattraper mais on tient bon et ce n’est pas fini ! ».

Quentin Vlamynck (Arkema)

« Tout va bien à bord ! Nous sommes à la pointe de Penmarc’h, César (Dohy) est à la barre, Etienne (Carra) dort à l’intérieur. Il y a un beau lever de soleil. Le vent est assez irrégulier, il y a des petits grains. Il y a eu pas mal de circulation cette nuit avec des bateaux, et d’ailleurs il y a un pêcheur devant, il faut faire gaffe. On est 3e derrière Leyton et Primonial. Thibaut (Vauchel-Camus) n’est pas loin derrière, on va essayer de garder cette 3e place et rattraper ceux de devant. Rendez-vous à Brest ! »

Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires En Peloton – ARSEP)

« Nous sommes devant la baie d’Audierne. Nous ne sommes pas mécontents malgré un petit souci technique au début du portant avant Ouessant qui nous a mis en retrait du jeu. On a eu du mal au départ puis on s’est mis à l’attaque et ensuite, il y a eu un problème de grand gennaker. On a réussi à repasser Koesio, on était content en fin de nuit car on était à 2 milles d’Arkema, mais on s’est fait coller derrière un nuage. Ça a un peu gâché la fête. On va finir avec le petit gennaker qui est forcément moins rapide. Les conditions étaient un peu dures à Ouessant, avec de la houle, du vent et de la mer contre le courant, mais cela n’a pas duré très longtemps. Le plus compliqué en fait, c’était à la sortie du goulet de Brest. Entre Ouessant et les Birvideaux, on a fait des pointes à 32,6 nœuds, et nous étions régulièrement à 30 nœuds. C’était un bord qui s’est bien goupillé avec une mer pas trop formée. C’était véloce mais pas fou, on est quand même sur les écoutes, tous sur le pont mais pas il n’y a pas eu de frayeur. Maintenant, on apprécie le fait d’être 4e et pas 6e et même de ne pas avoir abandonné. Donc on se réjouit ! On va arriver vers 11h. »

Leyton, vainqueur de l’épisode 2 du Pro Sailing Tour 2022 à Brest
Cap sur 300 milles de course folle

#PROSAILINGTOUR

Komilfo, 5e en baie de Morlaix

Peu après minuit, l’équipage d’Eric Péron franchissait dans la nuit à samedi à dimanche, la ligne de la délivrance devant Roscoff. Arrivé hors temps…
Voir
Pro Sailing Tour PETZL
Menu