Épisode 1 : la reprise, la Corse et la vague d’enthousiasme

  1. Accueil
  2. Étapes
  3. Bonifacio
  4. Épisode 1 : la reprise, la Corse et la vague d’enthousiasme

La nouvelle saison opposant les meilleurs skippers d’Ocean Fifty débute ce jeudi dans un cadre exceptionnel : les Bouches Bonifacio et le soleil réconfortant de la Corse. C’est là que 7 des 8 équipages (en l’absence d’Armel Tripon qui devrait être présent lors de l’épisode 2) vont s’affronter pendant quatre jours et donner un premier aperçu des forces en présence. Ça s’annonce chaud bouillant !

LES ENJEUX DE LA MANCHE

Les spectateurs – afficionados ou curieux – auront encore des images plein la tête. Cinq jours après la diffusion sur CANAL+SPORT du premier épisode du docu-série dédié au Pro Sailing Tour, les skippers sont de retour. Après un an de découverte, après un hiver à peaufiner le moindre détail sur les bateaux, les fiabiliser et gagner en performance, la compétition recommence. Les marins préviennent : « chacun a élevé son niveau de jeu » (Quentin Vlamynk), « ce sera particulièrement relevé » (Gilles Lamiré), « très ouvert » (Thibaut Vauchel-Camus) d’autant que tous ne « cessent de gagner en performance » (Armel Tripon). Ils ont « hâte d’y être » (Éric Péron) et l’abordent « avec beaucoup d’envie » (Sébastien Rogues).

Goodchild, un tenant du titre à détrôner

Dans un cadre somptueux (voir par ailleurs), la bataille s’annonce intense, engagée, rugueuse où chaque manœuvre peut être décisive. L’objectif de la flotte est déjà connu : tous espèrent mettre fin à l’hégémonie de Sam Goodchild, auteur avec Leyton d’une première saison incroyable (quatre victoires). Mais le tenant du titre n’a pas chômé cet hiver : l’équipage a été modifié (avec Pierre Pennec et Devan Le Bihan), son bateau aussi (un safran central et un nouveau mât) et il a remporté la 1000 milles des Sables il y a un mois en solitaire. Ses poursuivants de l’an dernier, Quentin Vlamynck (2e, Arkema 4) et Thibaut Vauchel-Camus (3e, Solidaire En Peloton-ARSEP) se sont également renforcés.

Éric Peron, le nouveau venu

Sébastien Rogues (Primonial) – qui compte dans ses rangs le vainqueur de la dernière Solitaire du Figaro, Pierre Quiroga – et Erwan Le Roux (Koesio), respectivement 1 er et 2e de la Transat Jacques Vabre, sont
également affutés. Gilles Lamiré (Groupe GCA-1001 Sourires), auteur d’un
podium à la RORC Caribbean et d’un record de la Martinique en début d’année, est tout aussi motivé.
Armel Tripon (Les P’tits Doudous), lui, ne participera pas à ce début de saison : victime d’un chavirage au large de la Corogne, il espère rejoindre la flotte à Brest, lors du 2e épisode. Enfin, la flotte compte un nouveau venu, Éric Péron (Komilfo), skipper d’expérience qui aspire à « s’enrichir et à progresser » avec l’ambition de « tirer son épingle du jeu ». En somme, rarement une compétition de course au large n’a été aussi ouverte avant de s’élancer. Alors, prêt à faire le grand saut ?

ILS ONT DIT…

« Des ambitions à la hausse »

Sam Goodchild (Leyton) : « L’objectif cette saison est de garder le même tempo que l’an dernier, de ne rien lâcher et surtout ne pas se reposer sur la victoire de l’an dernier. Il faut toujours essayer de progresser pour rester devant ! »

Thibaut Vauchel-Camus (Solidaire En Peloton-ARSEP) : « La motivation et la qualité des équipages ainsi que le jeu très ouvert de cette première saison présagent une saison 2 avec des ambitions à la hausse ! »

Gilles Lamiré (Groupe GCA-1001 Sourires) : « Je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre mais j’aborde cette 2e saison avec énormément d’enthousiasme. Le niveau de la compétition s’annonce très relevé ! »

Sébastien Rogues (Primonial) : « Avec le renfort de Pierre Quiroga (régleur, navigateur) et Matthieu Salomon (n°1), nous voulons viser plus haut dans le classement et gagner en régularité et en constance. Si c’est le cas, le classement parlera de lui-même.”

Erwan Le Roux (Koesio) : « Nous sommes clairement en train de progresser. On affiche des objectifs plus élevés : notre volonté, c’est de monter sur le podium et de gagner des manches. »

Quentin Vlamynck (Arkema 4) : « On revient avec le même bateau, le même nom mais de nouvelles couleurs. Même si nos concurrents ont aussi élevé leur niveau de jeu, nous avons hâte de retrouver la ligne de départ. On espère faire aussi bien qu’en 2021 ! »

Éric Péron (Komilfo) : « Je suis le petit nouveau de la classe. Mon objectif n°1, c’est de m’enrichir et progresser. J’ai vraiment hâte d’y être. On ne sera pas statistiquement les favoris, mais on va essayer de tirer notre épingle du jeu. »

Du piment… dans les Bouches
Épisode 1 : la reprise, la Corse et la vague d’enthousiasme

#PROSAILINGTOUR

Komilfo, 5e en baie de Morlaix

Peu après minuit, l’équipage d’Eric Péron franchissait dans la nuit à samedi à dimanche, la ligne de la délivrance devant Roscoff. Arrivé hors temps…
Voir
Pro Sailing Tour PETZL
Menu